Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*

Ceci est le résultat de prise de notes des étudiants en M1 de sciences de l'éducation !

 

Restez critique envers ce que nous vous proposons !

 

Comme toutes productions humaines des erreurs ont pu être faites!

 

Vous pouvez toujours réagir grâce aux commentaires

 

Tous questionnements, grognements

 

et autres réactions sur les cours sont les bienvenus

 

et même indispensable pour un travail d'échange constructif !

 

Alors n'hésitez pas!                

 

 

 

 

*

Adresses utiles ...

http://mourepiane.free.fr/
www.fse.ulaval.ca/chrd/Theories.app./

http://jm.perez.waika9.com
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 01:28

Alain Legardez

a.legardez@aix-mrs.iufm.fr

22 11 06

pratiques professionnelles

études sciences économiques et sociologie

enseignant à l’IUFM Aix

spécialiste des questions socialement vives

vient de sortir un livre sur ce thème chez ESF

 

Nouvelle intervention d’Yves Legardez  dans 2 semaines, le mercredi 6 décembre 06 : les représentations du métier d’enseignement.

 

12 décembre : mémoire d’une professeur des écoles :

enseigner en ZEP et non ZEP la citoyenneté et le débat réglé. Lambesc. Carole Fontani

Vendredi 1er décembre matin dans la salle des professeurs : HDR de Yves Alpe travail sur le milieu rural

 

         Grilles de lecture et d’analyse sur les métiers et les activités d’enseignement

                     

Tochon : l’enseignant expert

Novice pendant 5 ans, certains ne seront jamais expert : capable de réagir à n’importe quelle situation.

 

 

 

Objectif : construction d’une identité professionnelle

En France, elle se fait de manière assez brutale. Une année de formation professionnelle stagiaire sur le terrain. Puis en classe.

Dans l’année de stagiaire, il y a une partie pratique en établissement, et une partie théorique.

Formation en biseau : On entre au fur et à mesure du développement des études universitaires, on instille quelques éléments de professionnalisation.

Module de pré professionnalisation en licence. Il y a un début d’enseignement référé. Cela existe dans les autres pays européens, comme l’Italie.

Formation professionnelle d’individu, d’acteur social, d’identité professionnelle d’enseignant. Cette activité qui est le fondement de l’IUFM est la dialectique entre les savoirs professionnels et les savoirs théoriques. C’est remis en cause actuellement. Qu’est-ce que la formation professionnelle des enseignants par alternance ?  Formation sur le terrain et un peu de théorie en université. Formation par compagnonnage et mimétisme. C’est l’antithèse de la formation universitaire.

Ce sont deux conceptions du métier d’enseignant qui s’affrontent…

Le système qui a fondé les IUFM : concours à la fin des années universitaires, avant la formation professionnelle, autre version à la fin des années de formation professionnelle. Jospin a tranché : entre les deux, au milieu.

 

Groupes de formation professionnelle de 20 stagiaires : étude des problèmes collectivement, analyse de pratiques. Relation entre le mémoire professionnel et la pratique. Dialectique entre savoirs théoriques et savoirs pratiques.

 

Travailler à fond un problème qu’il choisit avec un directeur de mémoire et un tuteur.

 

Les PLP ont la double alternance : stage en entreprise et stage en établissement scolaire.

 

Enseigner Apprendre

 

Comment enseigner quand on ne sait pas comment apprendre ?

Schéma du modèle allostérique des apprentissages André Giordan. Comment schématiser comment on apprend ?

 

Pour le schéma il faut télécharger le doc sur le bv ou demander le cours à un étudiant merci !

 

 

Le modèle allostérique peut métaphoriquement  schématiser le processus de l’apprentissage à condition d’ajouter que la structure cognitive, remodelée par le contenu conceptuel ou la procédure présente dans la situation d’apprentissage présents dans la situation d’apprentissage est prête, au terme de l’apprentissage considéré, à de nouveaux ancrages cognitifs au niveau de nouveaux accrocheurs cognitifs jusqu’alors inactifs.

 

Il est biologiste et a construit une métaphore sur l’apprentissage en rapport avec les amibes.

Il travaille au laboratoire d’épistémologie à Genève.

Une information du type chiffres du chômage ne remet pas ne cause la construction de savoir. Mais certains savoirs remettent en cause l’organisation des savoirs. Ce sont des savoirs cruciaux.

Savoirs cruciaux : s’ils ne sont pas acquis, ils empêchent la construction de savoirs ultérieurs.

Matrice disciplinaire : Develay. 

L’apprenant n’est pas un récipient qu’on remplit.

 

Piaget avant avait parlé d’apprentissage par assimilation accommodation.

Les causes du chômage : il y a trop de femmes qui travaillent, ou trop d’immigrés, ou trop de paresseux… Faux.

Le savoir nouveau a pris la place de l’ancien. Il n’y a pas substitution. La vérité remplace l’erreur sans changer le savoir local. Il propose la notion d’accrochage cognitif. ON peut mettre un élève en contradiction avec lui-même. Ex : trop d’immigrés. Tableau baisse d’entrée des immigrés, accroissement du chômage. Conflit cognitif interne à l’individu. Si dispositif conflit socio cognitif.

Si tout marche bien, à la fin de la séquence, l’apprentissage nouveau est intégré et l’ensemble des savoirs constitue une nouvelle structure cognitive.

 

Ce qui a été étudié n’est pas forcément intégré.

Zone proximale de développement Vygotski.

Conception spiralaire des acquisitions : Bruner.

Le modèle allostérique des apprentissages.

La théorie la plus acceptée généralement est de type constructiviste.

Les savoirs se construisent sur un savoir déjà là : savoirs scolaires et savoirs sociaux, à l’aide de médiations : enseignants, machines, groupes…

 

Si on sait comment ils apprennent, comment peut-on enseigner ?

 

Passeron sociologue

 

Pour le schéma il faut télécharger le doc sur le bv ou demander le cours à un étudiant merci !

 

Comment apprendre enseignant rayonnant, apprenant à côté. Ce système fonctionnait fin XIX ème début XXème siècle, particulièrement à l’université, où les étudiants étaient proches culturellement des enseignants. Ils étaient préparés par des assistants. Dans certaines universités, on fait semblant que ça marche. Mais cela ne fonctionne pas. Il ne suffit pas que le professeur rayonne pour que les étudiants apprennent. Professeur rayonnant : modèle charismatique.

 

Conception de la pédagogie : il (l’esclave à l’origine) accompagne l’élève sur le chemin de la connaissance.

 

Il faudrait connaître A, savoir comment il apprend, tenir compte de ses données socio culturelles. Grâce à des connaissances didactiques, B peut alors aider A à apprendre.

 

 

On peut alors s’interroger sur les stratégies pédagogiques. L’activité d’imitation Winnikamen.  Les exercices sont des activités d’imitation. On apprend des petits savoirs.

La leçon ou la conférence : très décriée, sinon niée. Cours frontal : l’enseignant expose, l’élève écoute, logique de la transmission réception. Est-ce à éliminer ? Cela dépend. Ce n’est pas en début de séquence que le cours est le plus approprié. Il faut un moment d’institutionnalisation des savoirs. Cela peut être en début de séquence sur des savoirs que les élèves ne peuvent pas inventer. Ex : agents d’économie nationale : entreprises ménages institutions bancaires. Stagiaires : faites construire les savoirs par les élèves. Les élèves plantent : ils ne peuvent reconstruire une classification réalisée par des experts.

La situation problème correspond au socio constructivisme et à la dévolution.

Les causes du chômage en classe ES. Questionnaires de représentations sociales. Pas d’idées reçues du type femmes ou immigrés responsables du chômage.  Elles avaient prévu un travail de type socio constructiviste. Les idées reçues émergent. La discussion se fait sur le rapport du travail des groupes : conflit socio cognitif. Savoir scolaire construit comme référent de la classe. Les élèves doivent être habitués à  ce genre de travail.

S’ils sont habitués au cours magistral, ils sont déstabilisés et ne savent pas accepter la dévolution et faire autrement leur métier d’élève.

Les élèves peuvent chercher dans des documents en groupe pour construire des réponses.

Ce qui est préconisé à tout niveau d’enseignement est un cours dialogué qui est souvent pseudo dialogué. Ex : quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV : réponse noire.

Pourquoi donnes-tu cette réponse ? Explicitation de l’élève et reconstruction des étapes de raisonnement.

 

Cela veut dire que professeurs et élèves acceptent la dévolution. Il faut que le professeur ait préparé des vraies questions. Les jeunes professeurs n’entendent pas les réponses des apprenants. Ils n’acceptent que les réponses qu’ils attendent.

 

Perspective didactique :

« La didactique d’une discipline est la science qui étudie pour un domaine particulier les phénomènes d’enseignement, les conditions de la transmission de la « culture » propre à une institution et les conditions de l’acquisition de connaissances pour un apprenant. »

S. Joshua et JJ Dupin (1993) La didactique des sciences et des mathématiques, PUF

 

Astolfi : « Le point de vue didactique, c’est l’effort pour prendre appui sur les acquis des recherches, afin de tenir jusqu’au bout le pari de l’appropriation des savoirs pas les élèves. » JP Astolfi (1997), in Revue Française de Pédagogie n°120, p.72)

 

 

Différenciation pédagogie didactique

 

Pour le schéma il faut télécharger le doc sur le bv ou demander le cours à un étudiant merci !

 

Le contrat didactique : quelles sont les attentes réciproques des professeurs et des élèves vis-à-vis des savoirs ?  Il est souvent implicite.

 

 

 

La gestion de rapports de savoir

 

Savoirs savants dans les sciences sociales et pratiques sociales de référence : ce à quoi se réfèrent les savoirs de l’école. Ces programmes se réfèrent à des choses en dehors de l’école : savoirs savants, Martinand, pratiques sociales de référence, professionnelles…

 

 

Savoirs sociaux des enseignants et des élèves (des parents…)

 

Pour le schéma il faut télécharger le doc sur le bv ou demander le cours à un étudiant merci !

 

 

 

ex de l’enseignement de l’ECJS issu d’une demande des lycéens pas d’éducation à la citoyenneté en lycée, problème des banlieues, mais retrait d’une heure, rajout de l’EDD éducation au développement durable.

 

Etape de la sphère de l’expertise

Experts : enseignants réputés, inspecteurs, scientifiques qui construisent ou modifient les programmes.

On tient compte de la demande sociale, de l’évolution des sciences (quelle référence aux théories scientifiques), des savoirs professionnels nécessaires.

Fin des années 60, sciences économiques et sociales. Au départ, rien à voir avec les savoirs enseignés dans les universités. Volonté de rupture. Au fur et à mesure des différentes réformes, la liaison s’est affirmée.

Généralement, les experts ne savent pas ce que les élèves  peuvent apprendre.

Elèves : nouveaux lycéens (Dubet), peu portés à l’abstraction, objectifs de bas niveau, référentiels déclaratifs et peu ou pas problématisés. Cela ne tient pas compte des travaux d’Escol (Bautier Charlot Rochex). Pour apprendre, il faut qu’il y ait du sens.

 

Pour le schéma il faut télécharger le doc sur le bv ou demander le cours à un étudiant merci !

 

 

2 ème étape le travail du professeur

Au début de la carrière on colle aux référentiels, en fin de carrière, pas de prise en compte des nouveaux programmes.

Si on est spécialiste, on a plus d’informations sur un sujet, on peut aller à la source de l’information, mais on ne peut le faire tout le temps, cela demande trop d’investissement.

Quand je fais mon cours, je me situe par rapport à ce que je pense enseignable par rapport au public.

Transposition didactique interne : par rapport au travail de l’enseignant.

Les professeurs ne se réfèrent que rarement aux références extérieures, aux instructions officielles, ils consultent les manuels. Les enseignants délèguent ce travail aux auteurs de manuels.

 

Les questions socialement vives

Définition des questions socialement vives

Ces questions sont vives sans la société :

-         ce sont des questions de religion, développement durable,

-         elles représentent un enjeu pour la société (globalement ou dans l’une de ses composantes) et suscitent des débats, voire des conflits ;

-         elles font l’objet de traitements médiatiques

-         les références sont plurielles (économie libérale ou interventionniste)

-         Dans les savoirs savants plusieurs systèmes explicatif en concurrence

 

Risque d’enseigner et risque d’apprendre

Refroidir ou réchauffer les questions

Réchauffement climatique conférence de Nairobi.

Bush fait référence à un auteur qui pense que le réchauffement climatique n’est pas dû qu’aux humains. Il ne veut donc pas signer.

-         essayer le débat argumenté. Solution mais très difficile à faire. S’appuyer sur des arguments de type social ou scientifique. Objectif transversal : le débat argumenté.

-         Aider les élèves à s’appuyer sur les savoirs sociaux…

-         Pour acquérir des savoirs scolaires. Stratégie de l’import export. Importer des savoirs sociaux. Construire des savoirs scolaires.

-         Objectif : contribuer à la formation du futur citoyen (loi d’orientation de 1989)

Si on neutralise trop, on aboutit à des savoirs aseptisés qui n’ont pas de sens. Refus d’apprendre.

Pseudo discussions (nouvel avatar de l’enseignement transmissif)

« Jeu de dupes » de discours de deux mondes (« le vrai monde » et celui de l’école).

Les élèves se distancient de plus en plus des savoirs : exemple de la dissertation. C’est particulièrement vrai en lycée professionnel.

 

Develay : les matrices disciplinaires.

 

Travaux sur les représentations du métier d’enseignant.

Les classes à plusieurs niveaux sont très favorables aux apprentissages. Méfions nous de géographiser le contexte. C’est dans la campagne qu’il y a le plus d’ouvriers. Réussite à l’entrée en sixième meilleure pour les ruraux que pour les citadins. Moins de représentation au lycée : difficulté d’accès territoriales, milieux plus modestes, moins d’ambitions, souhait de rester au pays. Il y a peu de territorialisation des savoirs.

Investissement plus important de certains anciens élèves de lycées professionnels qui deviennent eux-mêmes professeurs de lycée professionnel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires