Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

*

Ceci est le résultat de prise de notes des étudiants en M1 de sciences de l'éducation !

 

Restez critique envers ce que nous vous proposons !

 

Comme toutes productions humaines des erreurs ont pu être faites!

 

Vous pouvez toujours réagir grâce aux commentaires

 

Tous questionnements, grognements

 

et autres réactions sur les cours sont les bienvenus

 

et même indispensable pour un travail d'échange constructif !

 

Alors n'hésitez pas!                

 

 

 

 

*

Adresses utiles ...

http://mourepiane.free.fr/
www.fse.ulaval.ca/chrd/Theories.app./

http://jm.perez.waika9.com
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 17:06
Cours 2
 
Colette Aubert - Géa
Vous pouvez lire son livre :
Quelle formation pour l'enseigner l'oral ?
En l'espace de trois réformes, les Institutions Officielles de l'Education Nationale ont fait passer l'oral en classe du statut de méthode d'enseignement au statut de savoir à enseigner. Ce passage est problématique car les documents d'accompagnement des programmes n'apportent pas toutes les connaissances nécessaires pour s'engager sereinement dans une nouvelle discipline à enseigner. Par une revue des connaissances concernant l'oral, cet ouvrage caractérise ce nouveau savoir et propose un processus de modélisation pour l'enseigner.
ISBN : 2-7475-7701-5 • février 2005 • 250 pages
 
 
 
 
Les langages et l'élaboration de la pensée scientifique
D'après les documents :
  • Les langages et l'élaboration de la pensée scientifique par Jean-Pierre ASTOLFI, le français 'aujourd'hui n°74
  • Le lecteur interprète, Jorro 1999
  • Signification, sens, formation , F. Rastier, PUF 2000
  • Exemple de bibliographie
  • Texte de Bucheton (1997)
1. Type de texte
 
Texte descriptif : présence de qualificatif, d'actions précises, de verbes d'actions ...
Texte argumentatif : présence de mots de liaison, de cause à effet ou de conséquence ...
Texte documentaire : présence de référence, de citations référencées, bibliographie ...
Texte informatif : à développer plus tard ...
 
2. Les formules impersonnelles
 
les moyens :                        les connotations :
on peut penser                    lié à une incertitude,
c'est flou
il serait utile                         lié a une injonction,
un conditionnel
utilisation du nous             ambiguïté du nous collectif
ou du nous de majesté
forme passive
 
3. A partir des documents 1-2-3 : analyse du fond et du style
 
 
A. La forme : Un texte scientifique ?
Présence             
- d'un sommaire au début, table des matières à la fin
- bibliographie : reprend toutes les citations
- un plan apparent
- des paragraphes, titrés, numérotés, hiérarchisées
- des références : nom d'auteur, date de publication, page
- des tableaux, schémas : ils doivent toujours être précédés d'une explication facilitant sa compréhension et ne ils ne doivent pas être sujets d'interprétations. Les schémas, les tableaux doivent être là pour donner de l'ampleur ou résumer une idée, un concept. *
- des images, métaphores : elles doivent aussi être explicitées
- un glossaire pour éviter trop de notes en bas de page
- notes en bas de page : explications, définitions de l'auteur d'un concept, notion, allant de soi
 
* le pouvoir des figures :différentes citations de Bachlard, Barthes
 
B. Le "style" :
Déguiser le "je" avec le nous de majesté ou le nous collectif. Cependant des chercheurs comme Bonniol sont adeptes du "je" qui la marque de l'engagement du chercheur, qu'il est impliqué dans sa recherche, en est responsable. Entre temps le courant a changé : du "je" vers la forme passive.
 
Utiliser des qualificatifs précis
 
C. Forme norme à respecter dans une bibliographie :
texte :
nom de l'auteur en majuscule, initiale du prénom. préface si c'est en est une (date du texte) nom de l'ouvrage en italique, maison d'édition, lieu de la maison d'édition :
ANZIEU, D. (1990) Psychanalyse et langage, Dunod, Paris
ARDOINO, J. Préface à Imbert (1985) Pour une praxis pédagogique, E.S.F., Paris
 
article :
nom de l'auteur en majuscule, initiale du prénom. (date de l'article) « nom de l'article », nom de la revue en italique, pp. page de début et de fin ou p. numéro de la page ou se trouve la citation, lieu de la revue :
ARDOINO, J. (1994) «Recherche Scientifique et Praxéologique dans le champ des pratiques éducatives», Congrès de l'AFIRSE, pp.107-118, Aix-Marseille
 
D. Réfléchir à le différence entre information et communication, sens et signification
Quelle est la posture d'Ardoino ? qui est l'inverse de celle de Wargas !
 
                Information : univoque, permanent : d'un émetteur vers un récepteur. Aubert-géa place l'information du coté de la signification. Ardoino parle de la pensée digitale qui est d'ordre logique et se place plutôt du coté de l'écrit !
 
                Communication : légitime possibilité de transformer le message. Aubert-géa place la communication du coté de l'interprétation, de tous les filtres qui correspondent à notre vision du monde et qui implique des infidélités. Pour Ardoino c'est le versant du sens, de la pensée analogique et se place plutôt du coté de l'oral !
 
E. Passer d'un écrit à un texte oral (sur le Document de Bucheton 19971)
               
Pistes pour s'entraîner :
- Faire des répétitions, rapprocher le verbe le plus possible du sujet
- Amener des explications supplémentaires
- Ralentir son débit
- Gérer le volume, l'espace de politesse entre les interlocuteurs
 
La caractéristique du langage oral c'est la répétition, l'utilisation de synonyme à différent niveau de parole.
L'oral est un mouvement circulaire avec des retours en arrière ainsi que des avances rapides. L'écrit est lui linéaire. L'oral est empilable, utilise très peu d'adjectifs qualificatifs, mais utilise beaucoup d'adverbes ainsi que beaucoup de signe de subjectivité qui engage la parole : vous savez, vraiment ... Si a l'écrit le plan du discours est annoncé au début, à l'oral, il se dévoile au fur et à mesure
 
A noter pour la soutenance du mémoire :
Il ne faut pas répéter ce qui a déjà été écrit dans le mémoire : L'écrit et l'oral se complète. Tous les membres du jury on pris connaissance du mémoire, il faut présenter la recherche autrement, donner un autre éclairage.
 
Repost 0
Published by les étudiants en master 1 - dans SCEQ72 : écriture d'un texte scientifique
commenter cet article
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 13:26

     Objectifs :   Distinguer les écrits professionnels des écrits scientifiques, les publications scientifiques des publications de vulgarisation. Produire une argumentation scientifique, un texte scientifique.

 

Modalités de l'évaluation : Rédaction individuelle, voir à deux si vous êtes sur le même thème, d'un article scientifique en lien avec le projet de recherche de l'étudiant.

 

Rendu des textes le 17.01.2007, soit par internet en .rtf ou .doc sous le titre de : votre nom de famille + 72 soit - et ceci de préférence - sur papier.  Pour la régulation, rendu des textes à la date du 30 Novembre avec une question précise sur ce qui nous questionne.

  

 

 

     Objet du cours du 28.09 :

 

Dispositif pédagogique : Principe de l'évaluation formatrice ( évaluation de la tache par les élèves grâce à des supports contrastés)

 

Documents :

  • La représentation des professeurs des écoles première année sur le métier d'enseignant - Céline REKASSA étudiante en master 1
  • L'entretien de co-évaluation en situation de stage - Linda ALLAL - Question vives volume 1
  • Les gens du voyage et la scolarisation  - étudiant de deug d'histoire

Tache : d'après vous quel est le document le plus valable ? Dégager les critères d'évaluation !

 

 

 

Une fiche récapitulative des critères dégagés grâce aux documents sera donnée au prochain cours !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0